Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ADSM - Agissons et Défendons Saint Mitre les Remparts

Lou Roure : le tour de passe-passe

Lou Roure : le tour de passe-passe

Le Panneau du permis validé en mars 2019 et affiché (très discrètement) dans l’impasse le 30 juillet2019, vient d’être (tout aussi discrètement) remplacé .Il reproduit les MÊMES caractéristiques (sommaires) en nombre et capacités que le précédant !Par contre, il est daté du 2 décembre 2019 !

Sachant que l’investisseur, l’urbanisme et la MAIRE (en personne) « phosphoraient » sur une modification du projet pour souscrire, sauf erreur, à 3 exigences des colotis à savoir :

  •  une nouvelle entrée sur le bd Allende,
  •  un mur de clôture séparant LEUR périmètre de lotissement du nouveau projet GAMBETTA,
  • le déplacement des poubelles communes.

Nous étions vigilants et curieux des suites que nous pressentions avec l’alternative simple :

  • ou l’investisseur soucieux de ne pas perdre l’affaire, assuré du pouvoir du binôme municipal, confiant sur l’orthodoxie administrative de son règlement de PLU , et désinvolte sur l’appréciation de l’opposition de l’ADSM, répondait favorablement et adaptait son permis aux souhaits des colotis.
  • Ou pour les mêmes raisons et motifs,  l’investisseur refusait et maintenait son permis.

Devant ce dilemme, sachant qu’il y avait eu une réunion entre les protagonistes en novembre après qu’ils aient (aussi) déposé un recours gracieux spécifique, qu’il ne fallait pas des « lustres » pour modéliser une nouvelle proposition et considérant qu’il fallait à l’ADSM (dans les 2 hypothèses) un délai pour préparer et  constituer, avec son avocat « un second train » d’arguments pour consolider ceux du recours gracieux, nous suivions plus attentivement, un signe extérieur et significatif.

Ce nouveau panneau en est un qui arrive à point nommé, quand la municipalité n’a même pas dénié (et pas davantage que l’investisseur) répondre à notre recours gracieux (maintenant dépassé) en délai. Sans autre connaissance des faits, nous nous interrogeons sur les causes qui ont motivé ce revirement discrètement consigné.

 En réaction, notre présidente a demandé, par mail, la production, notifiée par la correction des plans, sur ce qui pourrait être une modification du permis de construire.

 Si c’est le cas, nous supposons que l’affaire repart à zéro pour les délais du recours gracieux que l’ADSM déposera, car en l’occurrence ce qui pourrait satisfaire les colotis ne conviendra pas (forcément) à ceux qui ont signé leur opposition à ce permis.

 Puisqu’il s’agit de délai nous supposons, bien que cela ne soit pas consigné, qu’un huissier a acté l’apposition de ce nouveau panneau, qui ne mentionne du moins que des choses identiques au précédant, sauf à supposer que les bâtiments soient configurés et implantés différemment pour maintenir le nombre de logements et de places de parking !!?

 Le délai de 2 mois des recours ayant alors pour origine à confirmer le 15 ou le 16 décembre et non pas le 2 ,qui annote la date de validation du permis.

Ceci nous éclaire encore sur le sens du dialogue et le désir de concertation du tandem municipal.

 Pour ne pas échafauder d’autres hypothèses inutilement, nous allons attendre les suites de la déjà rocambolesque affaire « Lou Roure », et nous ne manquerons pas de rapporter les prochains  épisodes, qui vont tenir les protagonistes en haleine jusqu’après les élections, au  rythme où vont les choses.

 Ce dossier est suivi  au moins aussi sérieusement que celui de l’ANGLON (ainsi référencé dans le tract municipal), du moins pour son délai de concrétisation et l’efficacité de sa gestion depuis AVRIL 2011.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article